Skip to content

STOP!!! NO FEAR,EMPRESA NO CUMPLIDORA!!!

diciembre 4, 2011

Descriptif du programme

Vous rêvez d’une nouvelle vie dans une nouvelle ville? Al Majd est bien votre projet. Idéalement niché au coeur d’un environnement calme et serein, décalédu centre urbain et situé au sein de Tamesna, une zone résidentielle à part entière, le projet vous offre de splendides villas semi-finies.

  • Situation : sur la route de Sidi Yahya à l’entrée de la nouvelle ville de Tamesna
  • Type : F5
  • Superficie : de 201 à 497 m²
  • Prix : à partir de 1.110.000 DH
  • Contenance : 2 salons, 3 à 5 chambres, 1 à 2 SDB, 1 séjour et salon à l’étage
  • Equipements : écoles, centres de santé, mosquée, campus universitaire,
  • auberge de jeunes…
  • STOP!!! IMAGE VERTUELLE!!!ÇA N’A RIEN A VOIR AVEC LA REALITÉ!!!
Anuncios

From → Uncategorized

One Comment
  1. nomasabusos permalink

    LOS MAS RECIENTE DE DOUJA PROMOCIÓN ADDOHA,FADESA,MARTINSA,

    Addoha, quand la souris accouche d’une montagne…
    07/12/2011 | Classé sous: Finance,Sociétés côtées | Publié par: LNT

    La valeur Addoha a été malmenée à la Bourse de Casablanca tout au long de la semaine dernière et de la présente semaine. En effet, son cours, après être tombé à 57 dirhams, s’est stabilisé à 67 dirhams contre une cotation à plus de 100 dirhams auparavant. Mais, ce qui interpelle n’est pas tant la correction de cours que plutôt la pression des ventes de cette valeur dans des volumes importants et plusieurs jours durant. En effet, on a assisté à plus de

    70 000 titres échangés par jour, une matérialisation de la pression qui s’est exercée d’une semaine à l’autre.

    Et, à un certain niveau d importance des volumes traités, on devinera aisément que des institutionnels étaient vendeurs. Pourtant, le groupe Addoha est censé avoir le vent en poupe en ce moment.

    Sefrioui, en éclaireur

    Son PDG, M. Anas Sefrioui, vient de lancer la production de deux unités “Ciments de l’Atlas ” au Maroc, l’une à Ben Ahmed et l’autre à Beni Mellal, avec des capacités de production respectivement de 500 mille et un million de tonnes. Il a entrepris également une croissance externe en Afrique en commençant par la Côte d’Ivoire avec la création de 5 cimenteries jumelles de 500 mille tonnes de capacité pour un investissement par unité de 30 millions d’euros.

    Cette démarche personnelle d’Anas Sefrioui s’explique notamment par le fait qu’il agit là en avant-garde du Groupe Addoha en installant les infrastructures de base (cimenteries, matériaux de construction) qui font encore largement défaut en Afrique subsaharienne et qui viendront alimenter les projets que le Groupe Addoha ne manquera pas de réaliser prochainement en terre africaine.

    De plus, Addoha vient de présenter ses résultats semestriels et démontré à l’occasion la solidité de ses fondamentaux à travers ses réalisations dans le domaine du logement social sécurisé par des stocks de terrain conséquent de 5000 hectares, dont 83 % ont été acquis auprès du privé, (un beau démenti à la rumeur qui veut que Addoha bénéficie de terrains publics), avec un rythme d’avancement des constructions honorables. Addoha a, de même, reconnu qu’elle réorientait son activité vers le secteur du social aujourd’hui attractif du fait des exonérations fiscales qui sont accordées sur le moyen terme.

    Délestages étrangers

    Tout cela pour dire que l’attaque menée contre la valeur Addoha ne se justifierait absolument pas si des interprétations de mauvais goût n’étaient pas entrées en ligne de compte. Celles-ci reposent sur une certaine incertitude née de l’arrivée à la tête du gouvernement d’un parti nouveau et dont les actions supposées pour l’avenir font encore l’objet de nombreuses spéculations et de plusieurs interrogations.

    Et pour cause, Addoha qui, par exemple, a bénéficié récemment de la participation de la CDG pour la restructuration du projet de Saidia ou encore de l’attribution de terrains comme celui de la Plage des Nations, ont pu être interprétées par les investisseurs comme un soutien au grand capital qui pourrait dorénavant être remis en cause par le nouveau gouvernement. Sauf qu’il s’agit de partenariats publics-privés devenus un véhicule de réalisation des grands projets notamment touristiques ou d’aménagements du territoire au Maroc.

    Quant à la relation d’Addoha avec le PJD, elle a déjà été expérimentée à Kénitra dont ce parti dirige le conseil communal, alors que le groupe immobilier y construit le grand complexe immobilier de Sidi Bouknadel.

    Notre marché financier donne lieu souvent à des interprétations excessives relayées par une partie de la presse qui, si elle s’était vraiment attachée à connaître l’identité du ou des vendeurs de titres Addoha, aurait pu apprendre qu’il s’agissait tout simplement de la sortie d’investisseurs étrangers, tels Merrill Lynch, Goldman Sachs ou encore de porteurs émiratis soucieux de réaliser leurs portefeuilles à l’étranger pour compenser leurs pertes sur les marchés occidentaux.

    Et voilà comment la souris accouche d’une montagne !!!…

    Afifa Dassouli

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: